Logo du site Image de la rubrique

Vous êtes ici : Economie .. Industrie

SARL Funebois

JPEG - 89.5 ko

Une machine numérique ultra performante pour fabriquer des cercueils

Visite guidée, vendredi 17 mai, dans les locaux de la SARL Funebois dont Jean-Luc Reille et Thierry Martin sont les gérants depuis 1999.

Une société spécialisée dans la fabrication de cercueils qui emploie six salariés, tous, jeunes et dynamiques.

L’entreprise vient de se doter d’une machine numérique qui n’existe qu’à deux exemplaires en Europe, une en Roumanie et l’autre que vient d’acquérir « Funebois ». Cette machine de marque italienne d’un coût de 100 000 € (HT) est appelée pour des raisons techniques « Cinq axes verticales » et fabrique des produits d’une très grande qualité avec une précision au millième.

La production actuelle de cercueils de Funebois est de 2 000 unités, elle va augmenter de 20 %, dans les trois mois à venir, grâce à ce nouvel outil pour atteindre 2 500 cercueils par an. L’entreprise pourra ainsi fournir ses « 40 clients directs » en France, en particulier dans la région Rhône-Alpes et l’Est pour l’essentiel mais aussi le Luxembourg pour des produits principalement de haut de gamme.

Funebois travaille avec des essences variées comme le chêne de l’Ain, le châtaignier local, le noyer, mais aussi l’acajou et l’ayous qui vient du Ghana.

L’entreprise vient d’investir dans cette machine et d’autres également pour un montant de 170 000 € au total avec une aide de 30 % de l’ORC (Opération Rurale Collective) sous condition d’embauche ce qui est le cas.

Jean-Paul Vallon président de la communauté de communes ne cachait pas sa satisfaction C’est un bel investissement, possible grâce à la communauté de communes à travers l’ORC abondant ainsi dans le sens des représentants de la CCI en la personne de Gérard Gagnaire , Patricia Loro et Jean-Pierre Debard (consultant technique pour l’industrie) ont tenu à être présents pour cette visite.



Groupe Eiffage Energie

Le Groupe "Eiffage Energie" dans ses nouveaux locaux

Depuis septembre dernier, le groupe « Eiffage Energie » a pris officiellement possession de ses nouveaux locaux en zone industrielle.

Pour marquer l’événement, Jérôme Lesage, responsable d’exploitation à Lamastre, recevait Serge Meiller, directeur d’exploitation en charge de quatre départements : la Loire, la Haute-Loire, la Drôme et l’Ardèche, Jérôme Gros, président du SDEA (Syndicat Départemental de l’Equipement de l’Ardèche) et Daniel Renaud, directeur. Jean-Paul Vallon, Maire et Conseiller Général était accompagné des vice-présidents de la Communauté de Communes du Pays de Lamastre. Il a rappelé « qu’après de multiples péripéties et exploitants divers dans ces locaux, la Communauté de Communes du Pays de Lamastre avait acquis trois bâtiments en « friche » en 2010 grâce au SDEA pour la somme de 475 000 €. Il était hors de question que le groupe Eiffage Energie disparaisse de Lamastre après la non reconduction du bail des bâtiments Exbrayat. Sur une surface de 2 500 m² couverts et 2 000 m² de terrain, divers travaux ont été réalisés : un portail, l’enlèvement de la câblerie restante, nivellement aux abords, etc. Nous sommes heureux d’avoir pu conserver ces 38 emplois sur notre bassin car nous avons besoin de vous dans cette région de montagne ».

Jérôme Gros, président du SDEA est intervenu à son tour : « Voilà un bel investissement réalisé par la communauté. Ici, nous avons apporté tout notre soutien à la politique active menée par Jean-Paul Vallon et la communauté de communes pour maintenir le tissu industriel. Nous réfléchissons activement à la réimplantation d’entreprises sur le site… Jean-Paul Vallon suit ce dossier de très près. Pour Eiffage, nous étions là au moment où il fallait en lien avec la communauté de communes. Je vous souhaite d’obtenir des marchés sur le secteur pour maintenir les emplois ».



Tec Safety

Une entreprise lamastroise en plein essor

JPEG - 21.5 ko
Bernard Schwilden et plusieurs de ses collaborateurs ont reçu le maire Jean-Paul Vallon

Il a travaillé comme conseil d’entreprises et de nombreuses années à l’ex-usine de chaussures Bacou jusqu’en 1980. Bernard Schwilden est « tombé dans la chaussure quand il était petit » comme il aime le dire en plaisantant. Après ce parcours, il ne s’arrête pas là et monte sa propre entreprise TEC-SAFETY en 2008, « une année difficile et pas forcément bonne étant donné la conjoncture du moment ».
Il s’agit d’une société à capitaux étrangers spécialisée dans l’importation et la vente de chaussures de sécurité. En 2012, le chiffre d’affaires est d’un montant de 2,2 M d’€ avec un effectif de cinq employés, tous lamastrois. La vente se fait uniquement à des distributeurs, du plus petit quincaillier aux grandes enseignes ainsi qu’à des petits et moyens distributeurs moins visités par des marques concurrentes. Ces ventes se font non seulement en France mais aussi au Luxembourg et en Allemagne et il est en pourparler pour l’ouverture d’une filiale en Italie si la conjoncture le permettait. TEC-SAFETY propose une gamme de 25 modèles de chaussures qui permet de couvrir tous les secteurs tels que l’industrie, le bâtiment, l’agro-alimentaire. Ce choix réduit de gammes est volontairement établi afin de faciliter les approvisionnements. 80 000 paires de chaussures transitent dans les locaux actuels.
Désormais, M. Schwilden va pouvoir développer les activités de son entreprise grâce à la municipalité qui lui a cédé, en août dernier, 1 400 m2 des anciens locaux SOCOME en zone industrielle. Une surface de 250 m² est également louée aux anciens établissements Cotte. Cette cession a ainsi permis l’aménagement de bureaux pour que le personnel travaille dans de bonnes conditions. L’objectif pour les trois ans à venir est d’atteindre un chiffre d’affaires de 4 M d’€. « Maintenant que nous sommes propriétaires des lieux, un autre projet devrait rapidement voir le jour avec la mise en place d’une petite unité d’injection qui devrait générer cinq emplois supplémentaires ». Cette unité réduirait en quelque sorte les délais d’approvisionnement pour mieux satisfaire le client, ne pas le faire attendre et le fidéliser. Dans ce cadre et pour faciliter ce commerce qui dépasse nos frontières, une assistante chinoise devrait également être embauchée dans les semaines à venir.



Industrie

La zone industrielle accueille plusieurs PME offrant ainsi à la population locale du canton des opportunités d’emplois salariés.

La proximité de Tournon, Annonay, Le Cheylard, St Agrève permettent à un certain nombre d’habitants de travailler sur ces pôles tout en résidant sur le canton de Lamastre.



S'installer à Lamastre

Afin de favoriser l’implantation de nouvelles activités, la commune de Lamastre a décidé l’exonération de la part communale de la taxe professionnelle pour les entreprises à caractère industriel.

Il existe aussi des possibilités de reprises en immobilier en vue d’une nouvelle installation.

En 1997, le conseil municipal décidait de réaliser les travaux de viabilisation de la dernière partie de la zone industrielle. Le montant des travaux s’était élevé à 1 090 000 francs à l’époque (166 170 €).

Dans le cadre de l’intercommunalité, les élus ont souhaité que le Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple (SIVOM) du canton de Lamastre puisse être à l’origine d’une réflexion sur les futures zones d’activités sur son territoire. En effet, depuis le 1er janvier 2005, le SIVOM du canton de Lamastre s’est doté de la compétence en matière d’actions de développement économique avec notamment les études et créations de futures zones d’activités économiques.



Entreprise Trigano

Fabrication de matériels de camping (marabouts, tentes, auvents de caravanes...)



Mairie de Lamastre = Place de la République = 07270 Lamastre = Tel : 04 75 06 41 92 = Fax : 04 75 06 45 80

- Haut de page - Accueil - Plan du site - Aide - Contact - Mentions légales - rss -

©2009 Mairie de Lamastre - Conception Clerc et net - Réalisation Inforoutes de l'Ardèche